IDEXX SDMA

Cas clinique SDMA: Molly

Intérêt de la SDMA dans le diagnostic d’une pyélonéphrite associée à une dysplasie rénale lors d’un bilan pré-anesthésique chez un jeune chien 

Informations sur l’origine

Nom : Molly
Âge : 7 mois
Race : Shih tzu
Genre : femelle

Télécharger le cas clinique de Molly

Motif de la consultation
Ovariohystérectomie de routine

Historique
Molly a été achetée en bonne santé chez un éleveur à l'âge de 2 mois. Bien que Molly ait eu quelques accidents urinaires occasionnels à la maison, ses propriétaires ne s'en sont pas préoccupés. En effet, ils pensaient que cela faisait partie de l'apprentissage de la propreté, ou qu'elle était juste de nature excitable ou stressée et que cela s'améliorerait avec le temps.

Examen clinique
Molly est très dynamique. Elle est bien hydratée et sa température, son pouls et sa fréquence respiratoire sont normaux. Son indice corporel est excellent et son poids était stable.

Examens complémentaires

Un bilan pré-anesthésique, comprenant un examen biochimique complet incluant le test IDEXX SDMA, un ionogramme et une numération formule sanguine a été proposé au propriétaire avant l’ovariohystérectomie.

Résultats de laboratoire

Au niveau du bilan, la NFS était normale. Cependant, le bilan biochimique a mis en évidence certaines anomalies. Les résultats du bilan biochimique sont présentés dans le tableau bilan biochimique.

Interprétation des résultats

  • L’examen biochimique pré-anesthésique a révélé une augmentation de la SDMA (20 μg/dL), ce qui a conduit à pousser plus loin l’exploration de la fonction rénale. En effet, une augmentation de la SDMA est une indication d’un dysfonctionnement rénal et ne doit jamais être ignorée.
  • Une hypoprotidémie discrète associée à une hypoglobulinémie minime sont considérées normales chez un chiot.
  • Etapes diagnostiques: L’augmentation de la SDMA suggère un problème rénal et une analyse urinaire complète s’est imposée. Par ailleurs, du fait de l’âge du chiot, l’imagerie des reins explorant une anomalie rénale congénitale éventuelle, est aussi indiquée.
  • La chirurgie a été reportée afin d’attendre les résultats de l’exploration rénale (analyse d’urine avec ECBU et échographie rénale).

Résultats de l’exploration complémentaire de l’appareil urinaire

  • L’analyse d’urine complète de Molly a révélé une densité urinaire de 1,022 avec une présence de leucocytes et une bactériurie (bâtonnets) dans le culot urinaire, suggérant une pyélonéphrite.
  • La mise en culture des urines a révélé la présence d’E.Coli.
  • Une échographie rénale a permis de mettre en évidence une légère atrophie des deux reins ainsi qu’une dilatation modérée et bilatérale du bassinet, compatible avec une dysplasie rénale. 

Rapports du patient

Bilan biochimique

Analyse d’urine

 

Discussion

  • Lors du bilan pré-anesthésique, le dosage de la SDMA a permis de suspecter un problème rénal sous-jacent et de poser dans le cas de Molly, un diagnostic de dysplasie rénale associée à une pyélonéphrite à la suite d’examens complémentaires. 
  • La pyélonéphrite a pu être traitée sur la base de la culture urinaire et de l’antibiogramme, et le contrôle de la SDMA ainsi que de l’analyse urinaire réalisé après un mois était normal.
  • Après le traitement de la pyélonéphrite, Molly a pu être anesthésiée pour l’ovariohystérectomie. Des précautions ont été prises lors de l’anesthésie, et un suivi à long terme mis en place pour la dysplasie rénale (contrôle de la fonction rénale avec dosage de la SDMA et monitoring pour les infections rénales auxquelles elle serait prédisposée).
  • L’intégration de la SDMA dans le bilan sanguin a permis une meilleure évaluation de la fonction rénale et le diagnostic plus précoce d’une affection rénale congénitale, doublée d’une infection. L’augmentation de ce paramètre justifie la réalisation d’examens complémentaires, afin d’établir la cause sous-jacente de la maladie rénale.

Pourquoi la SDMA est-elle importante ?

Faites glisser pour voir nos logiciels et dispositifs signature.