Rapport protéinurie/créatinurie

Le test à choisir pour la protéinurie

Le rapport UPC fournit une évaluation précise et pleinement quantitative de la protéinurie, contrairement aux bandelettes d’urine qui sont moins sensibles et moins spécifiques pour la détection des protéines dans l’urine.

Nous contacter

Étude de cas : Muriel


Chat femelle de 9 ans

Muriel a été amenée à l’hôpital pour un problème de léger PU/PD, des vomissements occasionnels qui contiennent parfois des poils et une perte de poids.

Read the case study

  • Patient : chat femelle de neuf ans 
  • Présentant les symptômes : PU/PD léger, vomissements occasionnels qui contiennent parfois des poils et une perte de poids 
  • Examen physique : tartre dentaire modéré, fourrure mal peignée, griffes sales (signes de diarrhée), tachycardie, membranes muqueuses sèches, peau légèrement plissée (déshydratation estimée : 5 % à 7 %) et nodule thyroïdien.

Pourquoi un UPC


Le rapport UPC est un test simple qui mesure la quantité de protéine perdue dans les reins et détermine si la perte pose un risque de santé pour l’animal domestique.

La protéinurie est une préoccupation importante étant donné sa corrélation avec une mauvaise issue pour le patient. Le rapport UPC a montré une importante corrélation avec la morbidité du patient – plus la valeur du rapport UPC est élevée, moins le pronostic est bon.

Le rapport UPC est le meilleur test disponible pour :

  • Détecter la protéinurie et mesurer sa persistance et son importance
  • Guider les décisions cliniques et surveiller la réponse à la thérapie

Algorithme de l’UPC

Une fois qu’un animal s’est vu diagnostiquer une MRC et que le stade a été défini selon les lignes directrices IRIS, l’étape suivante est de sous-classifier le chien ou le chat sur la base de la protéinurie et de l’hypertension.

Comprendre l’UPC


Le rapport UPC normalise les niveaux de protéines urinaires par rapport à la variabilité de la concentration de l’urine.

Un patient ayant une MRC avec une bonne capacité de concentrer l’urine :

 

 

Un patient ayant une MRC avec une perte de la capacité de concentrer l’urine :

 

 

Selon nos études, le degré de protéinurie quand l’animal se voit diagnostiquer pour la première fois une maladie rénale est utile pour prédire le temps de survie. Ceci est graduel ; plus la protéine est faible dans l’urine, plus longtemps le chat pourra survivre.

Jonathan Elliott, vice-principal (recherche et innovation) Royal Veterinary College, université de Londres
MA, Vet MB, PhD, Cert SAC, Dip ECVPT, MRCVS

Synopsis de la littérature scientifique


Déclaration de consensus du Forum ACVIM 2004
Une grande attention a été accordée au rôle de la protéinurie dans le diagnostic des maladies rénales.

Les principaux experts vétérinaires en néphrologie ont élaboré la Déclaration de consensus du Forum ACVIM (petits animaux) le 28 juillet 2004 : « Assessment and Management of Proteinuria in Dogs and Cats ». Ce document de 18 pages présente les recherches les plus récentes sur la protéine urinaire et revoit la définition et la classification de la protéinurie, la meilleure manière de la détecter et de l’évaluer, les implications d’une protéinurie rénale élevée persistante, le moment et la manière de tester la protéinurie et la manière dont les vétérinaires doivent répondre cliniquement à la détection de la protéinurie.

Download

Relation entre le temps de survie et l’excrétion de protéine urinaire chez les chats atteints d’insuffisance rénale et/ou d’hypertension
Le degré de protéinurie est prédictif du temps de survie chez les chats atteints de MRC.

En plus de surveiller la protéinurie et d’évaluer la réponse à la thérapie, le rapport UPC peut être utilisé pour déterminer le temps de survie approximatif du chat. Plus le niveau de protéinurie est élevé, plus court sera le temps de survie d’un certain patient félin.

Download

Protéinurie et maladie rénale – Une discussion en table ronde
Cette table ronde est une discussion entre experts mondiaux de la maladie rénale et des praticiens au sujet de la maladie rénale et de la protéinurie.

Elle comprend des informations utiles sur la prévalence de la maladie rénale chez les chiens et les chats ainsi que des informations pratiques sur le diagnostic, le traitement et la surveillance de la maladie rénale chez les patients canins et félins.

Download

FAQ sur l’UPC

Le rapport UPC est un test simple qui mesure la quantité de protéine perdue dans les reins et détermine si la perte pose un risque de santé pour l’animal domestique. Le test implique la mesure de la quantité de protéine et de créatinine dans un échantillon d’urine, et la division mathématique de la valeur de la protéine par la valeur de la créatinine.

Le rapport IDEXX UPC mesure la perte de protéine dans les urines. Il peut détecter de très faibles niveaux de protéine (>5 mg/dl) dans des échantillons d’urine canins et félins. En mesurant également les niveaux de créatinine dans l’urine et en calculant le rapport entre la protéine de l’urine et la créatinine de l’urine, le rapport IDEXX UPC mesure la perte de protéine dans l’urine tout en corrigeant automatiquement les variations du volume et de la concentration de l’urine.

La créatinine est un produit dérivé du métabolisme musculaire. La créatinine est excrétée dans l’urine à un taux quasiment constant, ce qui signifie qu’elle peut être utilisée pour comparer d’autres substances qui sont également excrétées dans l’urine.

Pour ce test, les niveaux de créatinine dans l’urine sont utilisés pour harmoniser la concentration de l’urine dépendante du niveau d’hydratation du patient.

La perte transitoire d’une petite quantité de protéine par les reins peut ne pas être critique si les reins fonctionnent quand même correctement et produisent de l’urine concentrée. Cependant, si la fonction rénale est compromise et si les reins produisent de l’urine diluée, même des petites quantités de perte de protéine urinaire peuvent être anormales et doivent être examinées. Une perte de protéine importante et/ou persistante par les reins est un problème car elle signifie que les reins ne fonctionnent pas correctement. Elle est également préoccupante car le corps perd des protéines qui sont des substances précieuses nécessaires pour la santé et le bien-être à long terme.

Non. La protéine peut être présente dans l’urine en cas d’inflammation ou d’hémorragie dans le système urinaire. La protéine qui provient d’une inflammation ou d’une hémorragie n’est pas inquiétante, car la perte de protéine urinaire s’arrêtera une fois que le problème sous-jacent sera traité ou corrigé. C’est pourquoi un examen des sédiments de l’urine est nécessaire avec un rapport UPC ; des sédiments d’urine propres sont nécessaires pour garantir que toute protéine détectée ultérieurement est d’origine rénale.

Non. Le rapport UPC doit être réalisé uniquement sur une urine exempte de sang et de cellules enflammées. Une analyse d’urine complète et une évaluation du sédiment urinaire doivent être effectuées pour déterminer si l’échantillon convient pour le test de rapport UPC. La présence de sang et d’inflammation dans les urines peut donner un résultat faussement élevé au test de rapport UPC, ce qui fait penser qu’il existe une maladie rénale alors qu’il n’y en a pas.

Le rapport UPC doit être interprété dans le contexte d’autres tests de fonction rénale comme les tests UREA, CREA et SDMA.

Nous vous recommandons d’utiliser les lignes directrices IRIS pour l’interprétation des résultats du rapport UPC.

Assistance

0810 433 999

Formulaires & autres ressources

Accédez aux formulaires , et autres ressources des Laboratoires de référence IDEXX.

Répertoire des tests

Parcourez le  pour visualiser une liste complète des offres des Laboratoires de référence IDEXX.


Référence

  1. Elsemore DA, Geng J, Flynn L, et al. Enzyme-linked immunosorbent assay for coproantigen detection of Trichuris vulpis in dogs. J Vet Diagn Invest. 2014; 26(3):404-411.