Raccourcis


Une nouvelle étude indépendante compare les performances de différents tests de dépistage des retrovirus félins

 

Les rétrovirus félins (FelV- FIV) conduisent à une augmentation de la morbidité chez le chat et souvent à une mort prématurée. Il est donc nécessaire de dépister les animaux infectés pour mettre en place un suivi adapté des animaux infectés et mieux contrôler la propagation de ces maladies. L’association américaine des vétérinaires spécialisés en médecine féline (AAFP) recommande de tester tous les chats avant la primo-vaccination, lors d’introduction d’un nouveau chat, après un possible contact avec un chat infecté ou lorsque des signes cliniques compatibles avec une infection sont observés.

Bien que des tests de confirmation (PCR, IFA, Western blot…) soient recommandés en confirmation du dépistage rapide, ils sont rarement pratiqués en première intention. Des décisions cliniques importantes sont donc prises sur la base de résultats de tests rapides réalisés au chevet de l’animal. Les performances varient d’un test à l’autre et le choix du test devient alors capital afin d’apporter des résultats fiables sur lesquels le praticien peut appuyer sa démarche clinique.

 

La fiabilité d’un test dépend de ses performances intrinsèques et de la prévalence de la maladie dans la population

En dépistage, la question qui se pose au vétérinaire est d’évaluer, chez un chat apparemment sain, la probabilité d’être malade en fonction du résultat positif du test. La performance d’un test dépend de facteurs intrinsèques (sensibilité et spécificité qui définissent la qualité du test) et extrinsèques (comme la prévalence de la maladie dans la population testée) qui déterminent les valeurs prédictives positives et négatives.

 

D'après une étude indépendante1, les performances du SNAP Combo sont globalement les meilleures

Une nouvelle étude réalisée par un groupe de vétérinaires indépendants1 parue dans le journal of Veterinary Internal Medecine en 2017 a déterminé que le test Combo IDEXX SNAP FIV / FeLV présentait une sensibilité et une spécificité du FeLV supérieures à celles des autres tests évalués et des performances comparables sur FIV.

Les tests à flux latéral évalués ont démontré une spécificité relativement faible pour le FeLV, ce qui signifie qu'ils ont généré plus de résultats faussement positifs pour des chats non infectés. Le test Combo IDEXX SNAP FIV / FeLV n'a, quant à lui, généré aucun résultat faussement positif.

 

Les différences de performance des tests rapides ont des conséquences importantes en clinique

Ces différences dans la qualité et la fiabilité des tests rapides sont très importantes dans le dépistage d’une maladie. D’après cette étude, pour une prévalence de 10%, la valeur prédictive positive (probabilité que le chat soit réellement malade si son test est positif) variait de 40% pour certaines marques de tests en flux latéral à 100% pour le Combo IDEXX SNAP FIV / FeLV. Pour une spécificité que l’on pourrait considérer comme correcte de 95% et une sensibilité de 89%, la VPP calculée n’est que de 69%. Un résultat positif identifie alors un animal de façon erronée 30% du temps.

 


Pour une spécificité de 95%, une sensibilité de 89% et une prévalence de 10%, la VPP n’est que de 69%. Un résultat positif identifie alors un animal de façon erronée dans 30% des cas.

 


Le Combo IDEXX SNAP FIV / FeLV a démontré une spécificité et une sensibilité de 100% pour le FeLV et donc une VPP de 100%. Chaque animal testé positif était bien atteint de la maladie.

 

Déterminer le véritable statut rétroviral des chats peut être difficile, même lorsque des tests de confirmation sont réalisés. Le diagnostic du FeLV est compliqué par les cas où les chats infectés cessent de produire un antigène p27 circulant pour revenir à l'état antigène négatif. Dans ce contexte, le Combo IDEXX SNAP FIV / FeLV est aujourd’hui le test rapide globalement le plus performant1.


Référence

  1. Journal of Veterinary Internal Medicine Performance of 4 Point-of-Care Screening Tests for Feline Leukemia Virus and Feline Immunodeficiency Virus JK Levy, P. Cynda Crawford, SJ Tucker